Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le sel pour électrolyseur

Les pisciniers sont parfois montrés du doigt et accusés de vendre très cher un sel pour électrolyseur qui n’a, de l’avis de certains, aucune différence avec un sel quelconque.

Pour faire le point sur ce sel spécifique

 

Fonctionnement de l’électrolyseur : les fondamentaux

L’électrolyse du sel en piscine est un procédé permettant de transformer le sel ajouté à l’eau du bassin en désinfectant chloré : l’hypochlorite de sodium (NaClO) ou eau de Javel. Dans l’eau de la piscine, l’hypochlorite de sodium se dissout de manière instantanée en :

– acide hypochloreux (HOCl)
– ion hypochlorite (ClO-)

L’acide hypochloreux, aussi appelé chlore actif, agit en tant que désinfectant.

Son efficacité est 100 fois supérieure à celle de l’ion hypochlorite.

Étant donné que le pourcentage d’acide hypochloreux présent dans l’eau varie en fonction du pH, il convient de régler ce dernier à une valeur où cette espèce chimique est majoritaire.

Ainsi, il est recommandé de maintenir le pH d’un bassin traité au sel entre 7,1 et 7,5.

L’acide hypochloreux est un oxydant puissant qui détruit aussi bien les matières organiques que les germes pathogènes : algues, bactéries et polluants azotés. En l’absence de traitement, la décomposition de ces derniers entraîne la formation de chloramines, responsables d’odeurs désagréables et d’irritation des muqueuses.

À l’inverse, la production de chlore étant continue dans le procédé d’électrochloration, les chloramines sont immédiatement détruites.

C’est pourquoi les bassins traités au sel n’ont pas l’odeur de chlore et ne piquent pas les yeux.

Grâce à un fonctionnement semi-automatisé, le traitement d’une piscine au sel permet le maintien permanent d’une excellente qualité sanitaire de l’eau.

L’électrolyse a lieu au sein d’une cellule garnie d’électrodes et placée sur le circuit de recyclage de l’eau. Les électrodes, traversées par un courant continu de basse tension, sont fabriquées en titane (inoxydable) et revêtues d’un métal rare tel que le ruthénium ou l’iridium.

La concentration en sel ajoutée dans le bassin est généralement située entre 3 et 7 g/l (se référer aux instructions d’utilisation de l’électrochlorateur).

 

Que dit la norme NF EN 16401 ?

Pour prévenir de l’utilisation d’un sel non adapté au traitement de l’eau des piscines, une norme a été élaborée et publiée le 23 novembre 2013 : la norme NF EN 16401.

À l’instar des pastilles de sel pour adoucisseur, le Comité Européen de Normalisation a élaboré la norme EN 16401, “Chlorure de sodium utilisé avec les systèmes d’électrochloration‿, faisant partie du catalogue des normes des produits chimiques utilisés pour le traitement de l’eau des piscines. La norme européenne EN 16401 définit les critères de pureté physicochimiques adaptés aux exigences de l’électrolyse du sel en piscine. En plus de caractériser la pureté du sel (99,4 % de NaCl minimum pour la qualité A), des concentrations maximales limites sont fixées pour certains métaux tels que le cuivre, le fer et le manganèse. En effet, ceux-ci peuvent causer une réduction de la durée de vie des électrodes ou des taches sur les revêtements des bassins.

De plus, la norme EN 16401 interdit la présence d’antimottant dans le sel pour piscine. Cet additif de coulabilité, utilisé par exemple pour le stockage du sel de table afin d’éviter sa recristallisation en un bloc de sel, est présent dans les sels fins, sels gros et certaines pastilles de sel. Lors de sa dissolution dans l’eau, un sel contenant de l’antimottant pourrait libérer des ions hexacyanoferrate, qui peuvent eux aussi tacher le bassin et ses équipements.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

// neige